Livraison gratuite pour toute commande avec le code “GRATUIT”.

DOMINIQUE DUPREY

AUTEUR – MUSICIEN – THÉRAPEUTE – TAROLOGUE

MON HISTOIRE

Je suis thérapeute psycho-corporel sur Dieppe, écrivain et animateur d’atelier d’écriture, poète, pianiste improvisateur et professeur de piano, animateur d’ateliers de chant et psychophonie, chef de choeur, tarologue humaniste, et tout simplement homme sensible, faillible, espiègle, taquin, frondeur, curieux de tout…
Suivez-moi sur Youtube (tarot, improviation piano…)
Dominique Duprey Portrait

Insatiable chercheur…

 

J’ai bénéficié de l’enseignement de plusieurs Écoles. Au niveau personnel tout d’abord, en tant que sujet laissant son Inconscient ouvrir la route, tel un guide m’invitant à revisiter diverses périodes de ma vie ; puis en tant qu’étudiant curieux de toute approche théorique ; enfin, en insatiable chercheur que je suis, bien au-delà des circuits officiels. Cette démarche plurielle constitue peut-être la plus grande originalité de mon parcours, qui bien souvent emprunte des chemins de traverse explorant en toute liberté le foisonnement des propositions thérapeutiques nouvelles qui ont vu le jour ces dernières années.

Je réveille mes propres mémoires et je m’en libère !

 

J’ai commencé tout simplement par la pratique du yoga, juste peut-être pour m’apercevoir que cela ne me suffisait pas, j’avais toujours autant de problèmes à résoudre dans ma vie ! Alors, je suis allé plus loin. J’ai expérimenté la pratique du souffle qui réveille les mémoires inscrites dans nos cellules, et libère notre énergie profonde. C’est ce que l’on appelait autrefois le rebirth, rebaptisé aujourd’hui respiration en conscience.

Je découvre mon originalité !

Dans cette approche, j’ai touché une densité thérapeutique que jamais je n’avais rencontrée par le biais des thérapies dites « classiques » dont j’avais moi-même bénéficié – parmi lesquelles le « rêve éveillé ».

Je cultive ma Joie de vivre !

Grâce à cette impulsion, j’ai développé une joie de vivre étonnante, étonnée d’être présente à chaque rendez-vous, quand bien même je venais de vivre une séance douloureuse au cours de laquelle une tempête avait fait rage jusqu’à – je l’ai craint souvent – m’anéantir. Outre cette joie de vivre, j’ai développé une philosophie lumineuse, un regard bienveillant sur les souffrances qui ont été miennes jusqu’à ce jour, et par extension sur celles des personnes qui croisent désormais mon chemin depuis que je suis thérapeute. C’est ainsi que, loin de demeurer des geôles intérieures, les épreuves que j’avais moi-même traversées me sont bien rapidement devenues source d’enseignement.

Je deviens un être indépendant !

 

Cet outil formidable m’a également conféré une grande indépendance vis-à-vis de tout courant de pensée, me prémunissant de ceux qui auraient voulu faire de moi un adepte. Mais si j’ai toujours été et suis encore libre de toute École comme de tout système, cela ne m’a pas empêché d’étudier en de nombreux domaines, ainsi propulsé dans un espace plus large, enrichi par un voyage intérieur dont je garde encore trace dans ma vie quotidienne.

Je suis un éternel étudiant !

 

Lorsque j’ai quitté mon poste d’assistant de service social – et le confort que m’offrait le statut de fonctionnaire – je suis devenu responsable pédagogique d’une équipe pluridisciplinaire dans une institution accueillant des enfants en difficulté psychologique, avant d’ouvrir mon propre cabinet. Et depuis tout ce temps, je suis resté cet éternel étudiant, tant demeure vaste et porteur l’univers de la thérapie – pour peu qu’on s’autorise à quitter les chemins de l’orthodoxie, ou tout du moins ceux que les officiels et certains praticiens seraient tentés d’ériger en dogmes. S’est alors ouvert à ma conscience l’univers extraordinaire des mémoires psychocorporelles réveillées par le souffle pour extraire le fiel et laisser magnifiquement éclore une renaissance profonde – cette force de Vie qui nous inonde tous et à laquelle il suffit de se reconnecter pour impulser un mieux-être dans notre chemin d’évolution.

Je libère ma voix !

Lors d’une démarche personnelle auprès d’Alfred Tomatis, motivée par la volonté d’améliorer ma prestation vocale tout autant que par une irrépressible curiosité, je fus surpris de découvrir notre sensibilité extrême au monde du son, qu’il soit parole structurante ou au contraire déstabilisante. Ce fut là pour moi une re-découverte, car tout petit enfant, mes antennes étaient tournées tout autant vers la sémantique que vers les nuances et modulations de la voix qui la portait. Encore une fois, je fus un patient attentif et curieux – en éveil constant – avant de me transformer en étudiant avide de connaissances et de compréhension des phénomènes humains. Quelques temps plus tard, je devins audio-psycho-phonologue spécialisé dans l’approche Tomatis. Ce fut pour moi l’occasion d’une plongée extraordinaire au cœur de domaines aussi complets que complexes : approches analytique, physiologique, anatomique, psychosomatique, philosophique et thérapeutique. Des bases solides sur lesquelles je m’appuie encore aujourd’hui. Car même si Alfred Tomatis se plaisait à dire qu’il ne prescrivait que des sons, son enseignement était soutenu par de solides connaissances, aussi diverses que complémentaires, notions qu’il maniait avec l’humilité des chercheurs en sciences humaines, si conscients du vertige suscité par leur quête.

 

J’aime à tracer une voie joyeuse !

Même si cela est bien surprenant à écrire, c’est ainsi que, pas à pas, je suis devenu un spécialiste de l’écoute et des mémoires psychocorporelles qui s’incrustent dans toute voix / voie, c’est-à-dire toute histoire, tout psychisme et tout corps. Je créai alors un centre de thérapie pluridisciplinaire au sein duquel souffle, son et thérapie étaient devenus mes fils conducteurs.

Moi le psy sur le tapis !

Quelques temps plus tard, je peaufinai ma proposition de soins grâce à plusieurs approches complémentaires et intenses : celle de l’analyse des rêves sous un éclairage jungien (toujours expérimentée, dans un premier temps, en tant que patient) ; celle de la psychophonie développée par Marie-Louise Aucher (de prime abord éprouvée en tant que stagiaire) ; et enfin celle du « Chant de l’Être » apprivoisée auprès des élèves de Serge Wilfart. Ainsi suis-je resté fidèle à une dynamique qui demeure mienne : être un cobaye conscient qui apprend autant « sur le tapis » que par l’observation de la pratique du thérapeute. J’effectuai enfin plusieurs perfectionnements dans l’étude de la psychogénéalogie et de la psychosomatique.

Mon humanitude !

L’ensemble de ce parcours fut validé il y a bien des années par le Syndicat National des Praticiens en Psychothérapie Relationnelle et Psychanalyse, auquel j’adhère encore à ce jour. Qu’il me soit permis d’insister sur le fait que, quelle que soit la discipline choisie, je me suis toujours prêté avec simplicité et reconnaissance à l’enseignement intérieur qu’elle me procurait, laissant dans un second temps poindre l’intérêt d’un apprentissage professionnel. Je ne pourrais d’ailleurs envisager un thérapeute qui n’aurait pas suffisamment et profondément questionné sa propre histoire avant de penser à ouvrir son cabinet. Même si la Faculté et les livres demeurent essentiels, ils ne sauraient rivaliser avec l’expérience renouvelée du « tapis thérapeutique », celui qui interpelle les mémoires psychocorporelles en conférant tout à la fois une grande richesse, une grande humilité ainsi qu’une profonde humanitude.

Ma quête de Lumière !

Lorsque je reçois un patient, je ne me réfère à aucune École. Je suis tout intuition, tout écoute : je ne sais pas, je suis. Tel un sourcier dont les baguettes entrent en action, je persévère jusqu’à ce qu’au fil des séances mon patient retrouve de lui-même le flot de son énergie vitale. Au fond, je ne suis qu’un passeur, un facilitateur, un accoucheur d’âmes, peut-être même un prestidigitateur ? Je permets à l’arbre courbé par les aléas de la Vie de retrouver le chemin de la Lumière en lui proposant un tuteur, de l’air, ce qu’il faut d’eau, un soupçon d’engrais (naturel, cela va de soi), ainsi que beaucoup d’amour et d’attention. Et quand il a déployé suffisamment de racines, je me contente de le contempler, de le laisser fleurir et porter ses fruits sans oublier de remercier la Vie pour son processus d’évolution. Puis je m’éloigne discrètement, joyeusement, à pas de loup…

Je suis un accoucheur !

Ainsi en est-il de la thérapie, ce miracle sans cesse renouvelé qui nous mène vers l’Indicible, cette quintessence-même de tout être, notre propre divinité. La vie m’offre tous les jours ce cadeau extraordinaire d’être un accoucheur de voix/voies !

Contactez-moi

Thérapeute sur Dieppe et en visoconférence. 

4 + 6 =

06 09 66 94 98

dom.duprey@wanadoo.fr

Dieppe